Comment prévenir les morsures du chien ?

Swipe to the right
Comment prévenir les morsures du chien ?
Il y a 2049 ans

Demanderiez-vous à un chat de ne pas griffer, à une abeille de ne pas piquer ? Aussi choquant que cela puisse paraître, la morsure fait naturellement partie des outils du chien. Voir la morsure non pas comme une pathologie mais comme un recours ultime et possible pour marquer le désaccord, lorsque les autres signes de contestation n'ont pas été reçus, permet de prévenir. Nous ne parlerons ici que de cas normaux de chiens équilibrés et sans problèmes particuliers et non de chiens hors normes.

Comment ne pas être mordu

« Le chien qui mord son maître signifie que quelque chose ne fonctionne pas dans la relation », explique le comportementaliste Eric Bonnefoi dans son dernier livre, « Votre chien et vous heureux ensemble ». « Trop souvent le maître a des idées préconçues et ne cherche pas à comprendre ce que son chien veut lui dire ». Tous les chiens peuvent donc mordre un jour et il ne sert à rien de classer votre chien dans la catégorie mordeur ou non mordeur. Mais, à l'exception des chiens traumatisés par de mauvais traitements, dressés pour l'attaque ou atteints de graves problèmes psychologiques, le chien va envoyer des signaux précurseurs avant de mordre. Il regarde son maître avec un regard « noir », puis prend une position tendue particulière, puis parfois hérisse le poil ou grogne, puis retourne les babines. « Pour le chien, la morsure permet de marquer son désaccord et son opposition. Cela ne remet pas en cause l'amour qu'il vous porte », insiste le comportementaliste.

Chacun à sa place

Le chien a besoin d'un pilote rassurant, fiable et cohérent, mais il est souvent tiraillé entre des messages incohérents. D'un côté, le maître maîtrise sa vie et ses ressources alimentaires. De l'autre, le maître accepte que son chien exerce un ascendant psychologique et affectif permanent. De plus, le chien reçoit souvent des messages contradictoires entre tous les membres de la famille ou entre les membres d'un même couple. Enfin, certaines préconisations en matière d'éducation sont très contestables. Un chien doit-il être éduqué au mépris de sa nature ? Doit-on, par exemple, empêcher forcément un chien de défendre sa gamelle lorsqu'on la lui retire, alors que c'est une ressource essentielle pour lui ? Il faut donc essayer de comprendre le chien du point de vue canin et non du point de vue humain.

Le risque pour les enfants

« On comprend dans ces conditions que la lecture du chien, c'est-à-dire le décryptage de ses postures, est une étape essentielle pour prévenir les morsures, explique Eric Bonnefoi. Or, il est évident qu'un enfant ne sait pas encore lire le livre. Il peut interpréter les grognements comme un message pacifique. Un enfant peut même interpréter le retroussement des babines comme un sourire » ! Lorsqu'un enfant est en présence d'un chien connu et inconnu, la bonne conduite à tenir est d'empêcher l'enfant d'aller vers le chien. Celui-ci doit attendre que le chien vienne vers lui. L'enfant devra rester debout, jamais en position basse et aborder le chien avec les mains en bas et visibles. Il devra s'adresser au maître et demander l'autorisation d'abord au maître puis au chien et ne pas aller vers un chien qui ne le souhaite pas. L'enfant ne doit jamais mettre sa main au-dessus de la tête ou du corps de l'animal mais toujours vers le poitrail. Tous les gestes d'enserrement mais aussi les cris, les poursuites et la fuite seront aussi bannis... En cas de morsure, une déclaration en mairie est obligatoire ainsi qu'une visite d'évaluation comportementale auprès d'un vétérinaire agréé.

Entre chiens et dans la rue

La rencontre avec ses congénères fait partie des besoins fondamentaux de votre animal. Le maître qui respecte les codes canins doit intervenir le moins possible dans la rencontre. Mieux vaut que la rencontre se passe sur un pied d'égalité, avec laisse pour tous les deux ou sans laisse pour tous les deux. Le maître ne devra pas intervenir mais juste faire rapidement suivre et écourter la rencontre en cas de simulation d'attaque ou d'attitude agressive. La plupart du temps, après quelques parades d'intimidation, l'un des chiens se soumet et prend une position de vaincu. Le comble pour Eric Bonnefoi, ce sont les 'chiens-ascenseurs', ceux qui sont montés illico dans les bras de leur humain à la moindre rencontre avec un congénère. Cette attitude offre à ce dernier un message totalement biaisé et qui peut être source de morsures pour l'humain protecteur et pour le chien 'protégé'.